mardi 8 décembre 2015

Urgence climatique




Depuis le 30 novembre 2015, se tient à Paris la COP21, émanation de l’ONU regroupant 195 pays et dédiée au changement climatique. La visée : un accord de tous les pays pour limiter le réchauffement climatique et maîtriser bouleversements et autres conséquences induites. Dans 4 jours, le 7 décembre, la Cop21 se termine.


Or, si l’urgence climatique s’accélère et se renforce avec le record en 2014 des émissions de gaz à effet de serre, en 2015, de la chaleur annuelle, avec, déjà, ces 18,6° en début d’année… si les nuisances et la surmortalité atteignent des sommets – des centaines de milliers de personnes- avec des catastrophes naturelles de plus en plus violentes et fréquentes, surtout, mais non exclusivement – cf tempête de décembre 1999 en France - dans les pays les plus pauvres.

La Banque Mondiale, annonce qu’à défaut d’une politique d’adaptation au changement climatique à la hauteur, le monde comptera 100 millions de pauvres de plus d’ici 2030.

Si, selon divers spécialistes, la montée des océans provoquée par le réchauffement climatique peut menacer plusieurs grandes villes du monde en Asie, les simulations sont alarmantes pour tous pays insulaires et/ou côtiers, y compris en France (Pertuis Bretons et d’Antioche, côte landaise et estuaire de la Gironde où l’alarme a déjà été maximale lors de la tempête Xynthia, La Rochelle… sans compter la Hollande et ses polders, la Belgique…l’Afrique sud-saharienne, l’Angleterre, la côte est des Etats-Unis...

Les migrations climatiques dépassent déjà en nombre celles qui sont dûes aux guerres – guerres qui ne peuvent ne pas être facteurs de réchauffement - cf dans les glaces de l’Antarctique ces carottages faisant apparaître à 400m de profondeur, les traces des bombes d’Hiroshima et Nagasaki (un des éléments fondateurs de la notion d’« Anthropocène » -ère géologique dans laquelle intervient en tant que telle, l’activité humaine.)

Des nombres de réfugiés climatiques pouvant rapidement atteindre plusieurs centaines de millions de personnes dès 2050 – des chiffres comparables à ceux de la traite…

A ce jour ou des solutions n’ont pas été trouvées, ou, trouvées, n’ont pas été appliquées, certains pays n’ayant pas signé le protocole de Kyoto ou en étant sortis, d’autres n’hésitant pas à délocaliser leurs industries les plus polluantes…(cf le TAFTA)

La visée d’un plafonnement à 1,5° de la hausse de température acceptable d’ici 2100 a glissé aux 2 degrés ce qui est très insuffisant pour maints pays et, de plus, ne parait même plus accessible, la situation actuelle devant déboucher sur une hausse de 2,7 à 3,5° pour cette même période, c’est-à-dire sur une situation incontrôlable, ce qui veut dire qu’un enfant né en 2015 voit ses chances de vivre jusqu’à 85 ans très réduites. Quant à ses enfants qui naitraient après 2040…

Même des villes flottantes… Quant aux rêves d’aller coloniser mars ou la lune…

A quand un indispensable règlement planétaire juridiquement contraignant pour tous les pays de la planète ?

A quand un plan débouchant pour tous sur une réelle transition énergétique – avec remplacement des énergies fossiles et de tout ce qui contribue à l’émission de gaz à effet de serre par des énergies renouvelables - aux matériaux et déchets non polluants ?

A quand des engagements et aides au versement et à l’utilisation, suivis et contrôlés, pour tous, et particulièrement, en matière « d’aide », pour ces pays insulaires et côtiers les plus exposés - non seulement pour réparer les dégâts des catastrophes, mais pour tenter de les prévenir, au niveau planétaire - en aidant partout à la mise en œuvre de la transition énergétique, par la formation, l’aide à la recherche et la production, par exemple dans le domaine qui parait prometteur de la conception, fabrication et exploitation d’hydrauliennes - ou autres techniques à concevoir, avec et par les intéressés, en fonction des spécificités locales?

Ce qui demande une gouvernance de l’ONU correspondant à la solidarité géographique de ces pays et continents interdépendants de la maison commune…

Ce qui demande aussi que les idées et points de vue de tous soient pris en compte. Il s’agit du sort de tous et de chacun sur notre planète. Il s’agit de la vie de nos enfants et petits-enfants, éventuellement de nos petits-enfants.

L’interdiction des manifestations suite aux évènements dramatiques qui nous ont tous endeuillés n’a pas facilité l’expression et l’implication tous et de chacun, ce qui est regrettable.







dimanche 25 octobre 2015

De nouvelles données qui justifient l'inquiétude mais montrent aussi l'implication sociale

On a d'abord rencontré des textes de scientifiques, des appels  à l'action de gens très sérieux disant leur inquiétude quand l'anthropocène (1) risque d'être la dernière ère de la vie sur la planète Terre - la Terre-Patrie d'Edgar Morin,  la "maison commune" de l'Encyclique papale, Laudato si," maison commune" pour laquelle, lorsqu'on voit l'accueil des migrants, on mesure combien il reste à faire pour qu'elle existe en tant que telle...

Cf  à cet égard,quelques textes récents  diffusés par Médiapart qui semble se jeter à corps perdu dans l'action pour sauver la planète et la vie, humaine et non humaine... L'importance de la biodiversité (2)

On avait déjà évoqué Jason W Moore...  puis comme une alerte, est arrivé l'article  du 24/10/2015 au matin :   "climat- la course contre la montre des deux degrés perdue d'avance. "

- Puis, l'après-midi,  la transmission d'un appel à l'action adressé à la société civile ...

- Et ce 25 octobre  au soir un appel émanant de peuples transmis par Médiapart.

Où les sciences humaines  s'articulent aux sciences physiques et de la terre, complexifiant la dimension systémique d'un réchauffement climatique qui touche la vie de tous et, plus particulièrement, des plus pauvres et plus précaires.

Avec souvent rencontré, ce sentiment d'injustice. "On n'a pas pollué, on ne risquait pas de polluer!  On n'en a pas les moyens! Par contre on est les premiers et les plus gravement touchés par le réchauffement climatique."

Un texte mis à disposition par Médiapart - cet appel qui monte des peuples...  comme appel  de la société civile pour le climat - répercuté par  Médiapart   accès 
Une version PDF facilement communicable

Des textes qui dans la nécessaire  suite de la Fête de la science seront dès mardi  en consultation à la bibliothèque municipale, abondant le dossier déjà ouvert. (2)


A souligner, la qualité dans l'engagement  de Médiapart  pour sauver la vie...


Veille citoyenne, civique et documentation intéressante pour les scolaires. Cf ci-dessous le beau travail d'Elicia, élève de 4ème...





---------------------------
1. Anthropocène : ère géologique actuelle dans laquelle les facteurs humains & civilisationnels interviennent au même titre, sinon avec plus de violence, que les facteurs géologiques et telluriques sur la vie de la planète, jusque dans le dérèglement climatique.
 "Cette exploitation maximaliste de l’écosystème engendre des bouleversements naturels en rafale : hausse de la température du globe, « sixième extinction » des espèces – au rythme actuel, 20 % des espèces de la planète pourraient avoir disparu en 2030 –, appauvrissement de la couche d’ozone, perte de forêts tropicales, acidification des océans."

2. Nous rappelons que l'inscription à la Bibliothèque et les prêts de livres ou consultation sur place de dossiers documentaires sont totalement gratuits... (de préférence le mardi 16h30, 19h, vendredi 17h15-19h30 de manière à ne pas court-circuiter les activités EPN) (Prise de rendez-vous possible au 0676577070 ou 0475580957)
2. - Nouvelle alerte transmise par Médiapart - la disparition en cours et massive d'espèces animales... L'espèce humaine ? La biodiversité ?  Cf le travail effectué il y a quelques années dans le cadre d'une autre fête de la science, avec J-C.Mermet et Christian Giroux...

samedi 24 octobre 2015

"Bonjour Jacqueline",  ou la libre contribution d'Elicia. 

Voici,   pour la fête de la science (réchauffement climatique),.un petit texte avec 
des  questions et leurs réponses et un texte sur le rôle des associations...

Que faut-il faire pour ralentir le réchauffement 

climatique ?

1)Qu'est-ce que le réchauffement climatique?



Le réchauffement climatique est une augmentation de

température moyenne du climat.

2) Par quoi est provoqué le réchauffement  climatique?



Il  est  provoqué par une augmentation  de  CO2 dans

l’atmosphère.



                              
 



3)Quelles sont les conséquences du réchauffement climatique?

Le réchauffement climatique provoque des changements
climatiques (fonte des  glaces, sécheresses,  montée des
eaux, des températures)...



        
4) De quelle façon les gouvernements peuvent-ils lutter contre
le  réchauffement climatique ? 


Pour lutter contre  le  réchauffement  climatique, il  y  a  les 

sommets de la Terre, les agendas 21, des lois 

                 


5) Comment pouvons-nous, à notre niveau, participer à la 
lutte contre le réchauffement climatique?


Nous pouvons agir. Ex : transports doux et communs, ache-
ter  local, moins chauffer.



6) Le rôle des Associations


Il existe de nombreuses  associations qui contribuent au dé-
veloppement durable.



- Des associations humanitaires (ex : actions contre la faim...)



- Des associations écologiques (ex : Greenpeace, LWWF...) 



                    Au revoir à bientôt Elicia  

lundi 12 octobre 2015

Productions collective ou individuelles.

Bernard Calvet lance :

"Et si vous étiez président de la République, que feriez-vous pour ralentir le réchauffement climatique  ?" 

Alors fusent les propositions : 

- je réduirai les émissions de CO2 !
- Il faut :
- développer les forêts, Faire venir quelqu'un pour en parler. Une personne a été pressentie, à prévoir pour février ou mars 2016
- développer les énergies nouvelles, éoliennes et hydroliennes 
- faire passer des lois écologiques aux sommets de la terre
-éviter la combustion du pétrole et du charbon, des énergies fossiles
- mener une autre politique africaine,
- traiter sur place les ressources naturelles et ce, sur tous les continents,  (cf Total au Soudan), 
- Contrôler les monopoles (cf Monsanto)
- Refuser le TAFTA qui limite les contrôles et la souveraineté des divers pays,
- Privilégier une agriculture biokogique contrôlée,
- moins sulfater, une salade n'a pas besoin de 4 traitements,
- moins bétonner, cf les parkings, y introduire des cultures...
- préserver ou restaurer la biodiversité, les équilibres, tenir compte des effets systémiques...
- développer les chemins de fer et le ferro-routage,
- réduire les pollutions agricoles et chimiques, 
- développer un élevage de taille raisonnable  en veillant à la qualité de la nourriture fournie....

Divers textes...

1. Celui de Nicole Bertholon :


Réchauffement climatique : une menace qui se précise, ou plutôt, l’une de ses conséquences  - la fonte des glaces et la montée du niveau des mers.

Fonte des glaces – des pôles bien sûr, mais aussi des glaciers alpins (pour ce qui nous concerne, car il n’est pas certain qu’il en soit de même sur tous les continents). Et, avec la fonte des glaciers, peut-être une pénurie d’eau potable par diminution du débit des fleuves.
Tous les pays de peu d’altitude seront les premiers touchés, et certains ne sont habitables que sur les côtes, d’autres n’ont pas de relief dans l’arrière-pays d’où nécessité d’un exil inévitable.
En co,ntrepartie, des pays comme le Groenland, obligé de reculer ses villages du front de mer, voient leurs cultures vivrières se développer plus facilement.  Des légumes et des fruits qui ne poussaient pas autrefois arrivent maintenant à maturité. Un autre effet du réchauffement c’est aussi ce qu’on appelle le « passage du nord-ouest » au nord du continent américain  qui est de moins en moins longtemps impraticable en bateau parce que libre de glaces.
Une controverse circule : le réchauffement induirait une modification de la circulation  des grands courants marins – Gulfstream notamment, ce qui entraînerait au contraire un refroidissement des côtes qui bénéficient actuellement de sa chaleur (c’est-à-dire la côte atlantique, Manche et Mer du Nord jusqu’en Norvège)  à
- l’exploitation des ressources minières du grand nord en serait facilitée, ce qui entraînerait  immanquablement des conflits  entre états pour leur exploitation.
On peut penser alors qu’en réalité il s’agirait plus d’un bouleversement climatique que d’un réchauffement, certaines zones subissant plutôt un refroidissement, une raréfaction des précipitations ou une augmentation  de la fréquence et de la force des vents, déjà constatée depuis plusieurs années sous nos climats.
Dans tous les cas, et même si l’alternance périodes chaudes et périodes froides est dans la logique naturelle de la succession des temps, il est indispensable que les sociétés actuelles prennent des mesures pour limiter les effets des bouleversements climatiques  car ces mêmes mesures vont vers une consommation raisonnée des ressources naturelles et des énergies, vers un progrès dans le « mieux vivre » plutôt que dans « le plus produire pour plus consommer ».


C’est toute la conception philosophique de la vie qui est en question.






En attendant la mer ?

Certains n’ont pas le pourquoi de ce ponton installé à St-Apo, et pourtant, si l’on prend conscience du changement du littoral, la montée des eaux n’est pas une utopie, le triste constat des dégâts de la pollution n’arrête pas celui qui s’enrichit aux dépens des défavorisés.
Est-il déjà trop tard ?
Quel avenir pour nos petits-enfants ?
Voilà notre interrogation en cette fin de soirée, ces deux heures de recherches, de lectures, sont passées très vite dans l’échange.
Bannissons le chacun-pour-soi, respectons cette terre qui nous apporte tant de belles choses –comme les recherches médicales pour soigner les nouvelles maladies…


Cessons de détruire cette planète et les femmes, les enfants et les hommes qui y vivent.
                                   
                                                      
    Geneviève Greco.





Nous avons aussi reçu cet étrange envoi  


Mon archipel de Ré.

Scellée en pont du F’neau
                                        -> Île de Loix
Nouée noyée au Martray
                                        -> Île d’Ars-Les Portes
Île du sud-Ré,
                           si ne s’ coupe à La Couarde
-en-fond-d’passage-du-port  saunier  d’Loix…

Quand en catimini, voguera en pertuis
l’immense banc de sable blond
quand tangueront  sous l’autan
vasais marais salés -  écluses béantes.

Quand ma digue s’fera île
aux vagues cascadant les tamaris rosissants,
soufflant Marin poivré d’ocres immortelles
bousculant  les saladelles non teintes,
mon bateau clos retrouvera la mer,
sous yeux avides de pontons carrelets,
et tournesols boostés au gm.

En lac clapotant d’Oisellière,
tonillera, grouinera déferlantes en phare
cap - faute en mer


                                  Le Phare du Figuier, 17/09/2027

                   (« Mes temporalités perdues » – texte anonyme  trouvé
         en vide-grenier, entre La Grève de-Virson/mer et le port de Surgères)


NB. Le  Phare de Ré est un hebdomadaire bien connu. Par contre nous ne connaissons pas "Le phare du Figuier" peut-être faut-il attendre la sortie du 1er numéro ? (à suivre ?)




jeudi 8 octobre 2015

Démarche pédagogique


1. Pour poser le problème 

- "New York et Shanghai noyées d'ici 2100 ?" un article de Michel de Fracontal publié par Médiapart le 26/07/2015

L'objectif de maintenir le réchauffement climatique en dessous de 2% ne serait-il très insuffisant ?Ces 2% ne suffiraient-ils pas à éviter la disparition de nombreuses îles du Pacifique ? De très grandes villes ?
--> Nécessité de réduire les émissions de CO2 des combustibles fossiles aussi rapidement que possible. 

Certes des débats de spécialistes mais semblant porter plus sur la nature des processus en jeu que sur  les conclusions à en tirer.

Une conclusion pragmatique  au sujet des précautions entraînées en la matière par la nécessaire rigueur scientifique :   "Il y a un danger dans la prudence excessive." 

Un problème, de plus, qui a suscité l'écriture et la diffusion d'une lettre encyclique, ce qui, à la fois, traduit et renforce son importance.

"Laudato si'
(loué sois-tu) du pape François sur la sauvegarde de la maison commune. 
Une importance qui conjugue à partir du constat de l'état de la planète, "dégradations de la nature" et "dégradations des relations humaines." Ce que souligne Isabelle de Gaulmyn, rédactrice en chef adjointe de la Croix, citant : "le  cri de la terre est aussi le cri des pauvres".

"La maison commune ne sera pas sauvée seulement grâce aux catholiques, mais à travers le dialogue et la collaboration de tous." 


Et cette notion importante : "Le climat comme bien commun." ( de tous et pour tous)... Un système complexe  en relation avec beaucoup de conditions essentielles pour la vie humaine. Il existe un consensus scientifique très solide qui indique que nous sommes en présence d'un réchauffement préoccupant  du système climatique. Au cours des dernières décennies,  ce réchauffement a été  accompagné de l'élévation constante du niveau de la mer, et il est en outre difficile de ne pas le mettre en rapport  avec l'augmentation  d'évènements météorologiques extêmes, indépendamment du fait qu'on ne peut pas attribuer une cause scientifiquement  déterminable à chaque phénomène particulier. (Lire cet important article 23 de l'encyclique...)


L'article 24 (cf dossier) aborde les effets du réchauffement sur le cycle du carbone...et le 25 la question des réfugiés climatiques... Puis est posée celle de l'eau, bien commun et droit pour tous, et celle de la biodiversité...
A noter au passage, le "terrible pouvoir" acquis  grâce au développement de diverses technologies par ceux qui ont la connaissance, mais surtout  par ceux qui ont "le pouvoir économique  d'en faire usage"...

Donc un problème largement et diversement posé.



2. Investigations fictionnelles...

2.1. Voyage en îles d'Auvergne, à proximité du port de La Chaise dieu -Manuscrit d'Imago Sekoya -  EDITIONS     (DOUBLEVEBE   

                    RECUP 

"J'ai suivi le marin pêcheur au mitan


de la nuit".

Je me suis noyé.
...
Le monde est transfiguré.
La montée des eaux est inexorable,
et se stabilise
aux alentours de mille mètres.
...
La planète Terre
est devenue
la Planète Mer.


Entre le port de Saint-Agrève et la baie du Vivarais  où faudrait-il plonger pour retrouver "En attendant la mer", le ponton de Didier Tallagrand ?    cf carte 

A quelle altitude se situe la mer dans la dernière image de la vidéo de Didier Tallagrand ? 

Par où iriez-vous du port de Saint-Agrève à la réserve d'oiseaux de mer située au nord-est  des Calanques des Volcans ?

Où se situe le Fjord d'Ardèche ? 

                                               "Une brume monte du sol détrempé
                                               Elle transporte une étrange clarté."


Décrivez cette clarté sans utiliser les mots "phare" et "lune". Vous pouvez par contre introduire autant de noms de poissons ou autres animaux marins que vous le souhaitez Y compris noms inconnus à ce jour... 




2.2. SIMULATIONS et informations diverses...


- 2010, tempête Xynthia, simulation de la montée des eaux aux Boucholeurs (côte au sud de La Rochelle.
- COP21, interview de Jean Jouzel 
Effets du réchauffement sur le littoral aquitain
- Wikipediaélévation du niveau des mers et océans
- Wikipedia, réchauffement
Rapport GIEC    
- Simulateur   montée des océans et recul des terres...
...

De quoi écrire des fictions... Une situation d'écriture proposée...


3. Des certitudes...  


3.1. L'approche de longue durée d'Emmanuel Leroy-Ladurie,

dans son oeuvre et plus précisément, une démarche synthétique permettant d'étudier "Le réchauffement de 1860 à nos jours"  (avec le concours de Guillaume Séchet...) 
Ed Fayard, "histoire humaine et comparée du climat"


Une démarche d'historien, abordant la complexité de cette phase de réchauffement dans la durée croisant données  sur les températures et la pluviométrie, et renseignements relatifs aux activités humaines relatives à l'agriculture et à l'élevage, au tourisme... Approche multifactorielle (à schématiser)  d'un réchauffement climatique "qui pourrait bientôt poser des problèmes extrêmement difficiles à l'humanité...

3.2. L'approche systémique d'un autre historien, Jean Nicolas, qui, dans "La rébellion française" tisse climat, agriculture, social et politique- d'un terrible hiver à de violents mouvements rébellionnaires en passant par la misère et la faim... Là, la tâche proposée pourrait consister à extraire les causes climatiques de mouvements sociaux et politiques en mettant en évidence relations causales,  évènementiel, corrélations et  dimension systémique - ou décrypter une  complexité qui conjugue hétérogénéité et composite...

Chaque mise en commun donnera lieu à débat et précisions...

Des textes ou traces écrites ou icôniques seront conservées pour publication collective...






mardi 6 octobre 2015

En attendant la ... Fête de la science quelques écritures.....


En attendant  la mer...   ?  

                             Le pourquoi de ce ponton installé à St-Apo

                                                            et       
                                            pourtant     
           
Si l'on prend 
                     conscience du 
                                                changement   du 
                                                                                 littoral   

                    la montée des eaux n'est pas une utopie...
  "le triste constat des dégâts de la pollution  n'arrête pas celui                   qui s'enrichit  aux dépens des défavorisés."
        Et il est déjà trop tard.

  Quel avenir pour nos petits-enfants?

              Voilà notre interrogation  en cette fin de soirée.
 Ces deux heures de recherches de lecture  sont passées 
                                                    très vite  dans l'échange  

                         Bannissons  le chacun-pour-soi !

       Respectons cette terre qui nous apporte de belles choses  
et des recherches médicales pour soigner les nouvelles maladies

Cessons de détruire cette planète  et les femmes, les enfants, les hommes qui y vivent.
                                                                                                     Geneviève  Greco  

lundi 29 juin 2015

Quand après "en attendant la mer",

site, vidéo,  oeuvre d'art/tête de réseau numérique, de Didier Tallagrand...

Cf l'nauguration du Parcours d'art de Saint-Apollinaire-de-Rias, en sa tête de réseau - numérique et symbolique...

 Le titre d'une exposition à la galerie "Filles du calvaire" fait rêver, et de là, fait rebondir la réflexion... Où chacun s'écrit son histoire...


cf le dossier de presse 




Une liste des participants... Des noms connus, dont celui de Claude Rutaut, que nous a justement fait découvrir  Didier Tallagrand.




vendredi 26 juin 2015

Fête de la science 2015



A partir  de l'envoi aux  responsables de la  Fête de la science...  (d'après questionnaire) 



Le Titre  :   " En attendant la mer" -  nom de l'oeuvre -tête de réseau  d'un  parcours   d'art   de  Didier  Tallagrand.  Une oeuvre qui fait sens  dans  le  cadre  d'un  abord  pédagogique, scientifique   et  responsable du  réchauffement  climatique. 
Date du  travail : vendredi  9  octobre 2015.


L'oeuvre de Tallagrand
Le texte de l'invitation à l'inauguration du Parcours d'art
 Horaires :  16 à 20 h   ou de 16 ou 17 ou 18h  à 19h  ou  20h.

Descriptif 

I. 16-17h : découverte d'une documentation sur le réchauffement climatique, cf Leroy-Ladurie "le climat de l'an 1000 à nos jours" (3 tomes) et autres livres de cet auteur : et, plus proche, sur le lien entre climat, famines & mouvements rébellionnaires, corpus de pages choisies de "La rébellion française", mouvements populaires et conscience sociale 1661-1789"(UH Seuil, épuisé, réédition Poche), de Jean Nicolas, historien, Université Paris VII, de la lettre encyclique du Pape François, "Laudato si" "sur la sauvegarde de la maison commune..." (1) et de divers autres textes sortis d'ici là.
-> typologie des documents, recherche des sources, de la validité scientifique et/ou artistique -> esquisse de la construction de scénarios possibles, mettant en relation climat, économie et dimension sociale -> réflexion sur les comportements et responsabilités citoyennes...



D'Inès I. de  Patagonie










Le rire étant aussi un bon moyen de sensibiliser l'opinion  aux  risques  majeurs  - sur  le  thème "montée  des  eaux",  nous signalons les BD franco-belges d'Imago Sekoya (Editeur doublevébé Recup). Il s'agit des aventures d'un entomologiste après que  le  niveau des mers ait monté de 1000m. La  terre a évidemment changé de nom. Elle est devenue  la  planète  "mer". 3 volumes parus "Les îles d'Auvergne" (épuisé), "L'Archipel ibérique",   "La  grande  île des Rocheuses" (commandé). Nos descendants, s'ils existent, en parleront en l'an 700 a.m.e  (où "a.m.e"= après la montée des eaux,  nouvelle ère...)



De ce fictionnel à celui des simulateurs numériques, un pas que nous franchirons avant d'aborder quelques images et faits observés et/ou suivis en côte atlantique, de la dune du Pilat à la côte vendéenne au nord du pertuis breton.  Mais au fait que devient le parc allant de l'estuaire compris de la Gironde aux deux pertuis ?



Puis l'approche de divers documents en s'interrogeant sur leur scientificité, ce qui parait établi, probable ou peu crédible... 



Chercher l'auteur, l'interprétation des modélisations mais aussi leurs conceptions...

Rapports entre fictions, modélisations, intérêts privés, principes de précaution...

Etude de divers scénarios possibles, diverses échelles de responsabilités... 



II. 17-18h : atelier d'écriture numérique (documentaire et/ou fictionnelle) à partir de cette documentation et de son approche ->  créer une synthèse lisible sous forme de fiches A3 (imprimées ultérieurement à ce format) 



III.  ~ 18-19h  :  A partir de la restitution de ce travail, débat de fond, précisions et re-travail des scénarios envisagés, de leurs conséquences, des possibilités d'action préventive et curative, collectives et individuelles.

NB. Ateliers en parallèle pour permettre à ceux qui arriveraient en cours de route de s'y retrouver...

Poursuite des discussions autour d'un buffet apéritif (produits du terroir)   


D'Inès 2 de Patagonie







Organisateur :    Association Les Rias





Partenaires :  


- Commission "sciences", Nicole Bertholon, IEN honoraire, chargée de l'enseignement des sciences dans deux départements.

- Commission  "Philosophie", dont philosophie des sciences et épistémologie,  Jacqueline Cimaz, IA-IPR honoraire - vie scolaire. Sciences de l'Education en 3ème cycle après DEA de philosophie. 
Puis philosophie de l'éducation avec Georges Snyders - et Hélène Gratiot-Alphandéry...


Quelques références outre documents retenus :

- http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/actu/d/climatologie-fonte-glaces-simulez-montee-niveau-mer-chez-vous-21707/


La question sera posée pour chaque document de sa validité scientifique...(auteur, organisme d'appartenance et/ou support de publication, objectifs de cette publication? 



On ne sait si on peut ou non attribuer les terribles évènements de ces derniers jours au réchauffement climatique.  Les épisodes cévenols sont fréquents et connus.

Certes !    OUI ...Mais!!!!!


Mais ? .............

Mais ce qui est certain, c'est que le réchauffement climatique ne peut qu'entraîner une plus grande fréquence et une plus grande amplitude de ces évènements... 

Après immersion dans les es textes et documents et dans la dimension systémique  de ces phénomènes,  ce sont de petits groupes qui feront leur sytnhèse, avant mise en commun, et débat qui se poursuivra autour d'un pot.

___________________ ---*

1. Un exemplaire accessible gratuitement en bibliothèque, mais à lire sur place...


Accès handicapés : OUI